Ignorance ? Indignité ? Russophilie avérée ? Mercantilisme ?

Selon Philippe de Villiers, la Crimée est russe. C’est ce qu’il a affirmé sur la chaîne C8, dans l’émission de Thierry Ardisson « Les Terriens du samedi ». De ce fait, il a rejoint la meute des tenants de la Crimée « russe ». Cette affirmation ne suffit pas à prouver la véracité du fait. Il est à craindre que Philippe de Villiers ne puisse justifier son assertion par des faits historiques et s’en tienne à une fable convenue.

En revanche, nous ne doutons pas qu’il ne tienne aucun compte du fait que la Russie, en annexant la Crimée, a sciemment violé le droit international. Le fait que la Russie soit membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU est un élément aggravant qui n’œuvre pas en faveur de la respectabilité de cette dernière.

La violation du Mémorandum de Budapest, signé le 5 décembre 1994, est une atteinte à la crédibilité du Conseil permanent de l’ONU et à celle de la non prolifération de l’armement nucléaire. En signant ce traité, l’Ukraine acceptait de se défaire de son énorme stock d’armes nucléaires et adhérait au traité de non prolifération des armes nucléaires contre la garantie de son intégrité territoriale. Les cinq autres signataires, membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (Russie, États-Unis, Royaume-Uni, France et Chine), devaient garantir la sécurité, l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Ukraine.

L’ONU n’a pas reconnu l’annexion de la Crimée par la Russie et considère que celle-ci est toujours un territoire ukrainien. Suite à cette agression illégale, l’Union européenne – dont la France – a décrété des sanctions économiques à l’encontre de la Russie.

Les agressions de la Russie à l’égard de ses voisins et les manœuvres déstabilisantes qu’elle orchestre n’en font pas un État « ordinaire » qui peut être traité de la même façon que les autres.

Il est parfaitement inacceptable que Philippe de Villiers se plaigne d’avoir été empêché de construire un « Puy du fou » en Crimée… à moins qu’il ne souhaite cautionner les exactions de Vladimir Poutine ?

Message de la Coordination EUROPE UNIE

 

***

France

Estonie

Géorgie

Lituanie

Lettonie

Moldavie

Pologne

Roumanie

Ukraine

COORDINATION EUROPE UNIE

Invitation conférence de presse vendredi 9 novembre à 15 h 30

Au Café du Pont Neuf – 1er étage – 14 Quai du Louvre 75011 PARIS

 

A l’occasion des commémorations du 11 novembre 1918 : message des Européens de l’Est et du Nord pour une Europe libre et indépendante

Europe Unie est un réseau de réseaux : l’association réunit les animateurs d’associations, d’amitiés et de ressortissants de différentes origines : Français, Géorgiens, Roumains, Moldaves, Ukrainiens, Lituaniens, Lettons, Estoniens, Polonais et aussi Russes démocrates.

Coordination Europe Unie a pour objectif de défendre la liberté et de lutter contre toute forme de totalitarisme, d’expansionnisme ou d’ingérence et contre toute tentation de rétablissement des « zones d’influences ».

Déclaration

A l’occasion des commémorations du 11 novembre 1918 :
message des Européens de l’Est et du Nord pour une Europe libre et indépendante

Cette année, la plupart de nos pays célèbrent les 100 ans de la restauration de leur indépendance.

Nos pays ont vécu un siècle perturbé par des périodes d’occupation, de déportations, de famines organisées… Nombre d’entre eux ont recouvré leur indépendance au début des années 1990. Certains vivent, aujourd’hui encore, des moments difficiles : occupation et annexion de la Crimée ukrainienne, soutien armé aux « rebelles » de l’Est ukrainien dans un conflit russo-ukrainien qui a déjà fait plus de 10 000 morts à moins de 3 heures d’avion de Paris, occupation de 20 % du territoire de la Géorgie et de la République de Moldavie.

C’est l’Europe tout entière qui est concernée. Les menaces s’inscrivent dans une stratégie d’hostilité générale : violations incessantes de l’espace aérien européen, non seulement balte et scandinave, mais aussi français, avec plusieurs incursions en Bretagne ou dans le Golfe de Gascogne.  Que nous le voulions ou non, une réelle guerre hybride, aux multiples facettes, est engagée : « cyber- attaques », désinformation de masse, ou encore financement de partis politiques. C’est l’Europe tout entière que le Kremlin cherche à déstabiliser : notre mode de vie et de pensée, nos institutions démocratiques, notre fragile unité, et notre Liberté.

C’est pourquoi Europe Unie, forte de l’expérience de chacun de ses membres, lance un appel à la solidarité pour construire un avenir dans une Europe, libre et en paix.  Les différentes associations organisent cette année une série d’événements culturels, conférences historiques et géopolitiques pour sensibiliser les publics européens. La liberté, la démocratie et l’indépendance ne sont jamais acquises de façon inconditionnelle et définitive. Leur défense doit faire l’objet d’une veille active permanente. Elle ne saurait faire l’objet de tractations et de calculs. La Liberté des uns ne peut se faire sur le compte des autres.

Europe Unie

tiendra une conférence de presse le 9 novembre à 15 h 30 au café du Pont Neuf
14 Quai du Louvre, 75001 Paris

participera à la manifestation qui se tiendra le 10 novembre à partir de 18 h place de la République à Paris.