L’AMITIÉ FRANCO-RUSSE

Après la cuisante défaite que subit la France en 1870, l’Allemagne de Bismarck s’évertua à l’isoler diplomatiquement. Un accord militaire signé par la France et la Russie vit le jour : il s’agissait de pouvoir s’opposer militairement aux Empires allemands et austro-hongrois. Cet accord est connu sous le nom d’Alliance franco-russe et fut effectif de 1892 à 1917.

Après son écrasante défaite face au Japon, l’Empire russe désireux de rétablir ses finances et de se moderniser lança un emprunt international. La France souscrit activement à cet emprunt répondant au slogan « prêter à la Russie, c’est prêter à la France ». L’emprunt resta actif jusqu’en 1916, on sait ce qu’il advint du remboursement ou plus précisément de son non-remboursement.

Après avoir parcouru l’Europe en juillet 1914, Lénine résida en Galicie qui, à l’époque, était sous domination austro-hongroise. Il comprit que la guerre qui s’annonçait pouvait être porteuse d’une révolution dans l’Empire russe. Lénine, en émigration de 1908 à 1917, était corédacteur de journaux russes qui prônaient la création du parti communiste bolchévique. Après la révolution de février 1917, les Allemands rapatrièrent et financèrent Lénine afin qu’il affermisse, en Russie, l’effervescence révolutionnaire tout en exigeant l’arrêt de la participation russe à la guerre. En conséquence, sa devise devint « guerre à la guerre » et « vive la défaite ». A qui viendrait-il à l’esprit d’accuser Lénine de traîtrise, et pourtant, comment peut-on qualifier quelqu’un qui œuvre à la défaite de son pays ?

A l’avènement de la Révolution d’Octobre, le 15 décembre 1917, la Russie signe un armistice de 30 jours avec les Empires centraux. En janvier 1918, les Empires centraux estimant que les résultats de la négociation étaient insatisfaisants reprirent l’offensive et occupèrent de vastes territoires à l’Ouest de l’Empire russe. Le 3 mars 1918, le traité de Brest-Litovsk fut signé et les Empires centraux purent retirer leurs troupes du front oriental afin de les déployer sur le front occidental, ce qui indéniablement, prolongera la guerre avec son douloureux cortège de malheurs.

Mais pour Lénine, plus question de « guerre à la guerre ». Avec l’Armée Rouge, il engagea un combat contre les pays qui s’étaient affranchis de l’Empire russe. Une sanglante guerre civile entre communistes et tsaristes russes se déroula en Ukraine tandis que celle-ci combattait les uns et les autres. Sans l’appui des pays de l’entente, l’Ukraine succomba aux ingérences belliqueuses et impérialistes russes. La Russie ne terminant pas la guerre, la France perdit son partenaire militaire. En novembre 1932, Edouard Herriot, Président du Conseil des Ministres et Ministre des Affaires Etrangères, ratifia un pacte de non-agression entre la France et l’U.R.S.S. En 1933, Edouard Herriot visite l’Union Soviétique et plus particulièrement l’Ukraine où avait sévi une terrible famine génocidaire organisée par Staline. Cette famine, dénommée « Holodomor », fit des millions d’innocentes victimes ukrainiennes. Edouard Herriot ne vit rien de tout cela, ce qui laisse à penser qu’il n’y a pas que l’amour qui rende aveugle, il peut en être de même avec une grande amitié ou avec un total dénuement moral.

Le 23 août 1939 fut signé le pacte germano-soviétique. Ce pacte revêtait un aspect politique, militaire et économique. De septembre 1939 à juin 1941, l’Union Soviétique s’est comportée en alliée fidèle de l’Allemagne nazie. En 1939-1940, l’Union Soviétique a officiellement reconnu le gouvernement de Vichy du Maréchal Pétain. La presse soviétique calomniait sans cesse les agissements « bellicistes » anglo-américains. En septembre 1939, Staline mit à la disposition du troisième Reich, une base maritime située à l’ouest de Mourmansk. C’est de cette base que les nazis préparèrent la prise de Trondheim et l’occupation de la Norvège. Les brise-glaces soviétiques ouvrirent un passage dans le détroit de Béring, ce qui permit aux nazis de couler et d’arraisonner des bâtiments de la coalition antinazie. Ces brise-glaces se dénommaient « Lénine », « Joseph Staline », « Lazare Kaganovitch ». Fin 1940, l’Union Soviétique agressa militairement la Finlande et de ce fait fut exclue de la Société des Nations le 14 décembre 1939. Le 25 décembre 1939, la Pravda, organe du Parti Communiste de l’U.R.S.S, publiait un article exaltant la collaboration avec l’Allemagne nazie et mentionnait un discours de Staline qui glorifiait cette amitié consolidée par les liens du sang. Le NKVD et la Gestapo engagèrent, conjointement, des actions répressives en territoire polonais. Les communistes allemands qui étaient réfugiés en Union Soviétique furent livrés aux nazis. Après la signature du Pacte germano-soviétique, Staline déclara pompeusement à Ribbentrop : « Je peux vous garantir sur mon honneur que l’Union Soviétique ne trahira pas son partenaire ». Il est sans doute utile de rappeler que les nazis n’ont pas envahi que la seule Pologne mais également le Danemark, la Hollande, la Belgique, la France, la Grèce, la Yougoslavie et cela avec la complicité de l’Union Soviétique.

Les liens commerciaux qui unissaient l’Union Soviétique et le 3ième Reich ont permis à celui-ci de contourner le blocus commercial établi par la Grande-Bretagne. Staline a livré aux nazis toutes les matières premières nécessaires au bon fonctionnement de l’industrie militaire allemande. Des centaines de millions de tonnes de pétrole, de manganèse, de cuivre, de nickel et de platine furent livrées à Hitler afin qu’il puisse agresser sereinement l’Europe et bombarder la Grande-Bretagne.

A la fin de 1939, l’U.R.S.S. était l’Etat le plus militarisé et armé de la planète. 12,2% du budget de l’Etat soviétique étaient alloués aux dépenses militaires contre 9% pour le 3ième Reich. L’artillerie, les chars d’assaut, l’aviation soviétique avaient considérablement augmenté en nombre. En juin 1941, sur la ligne de front germano-soviétique, la Wehrmacht (et ses alliés) totalisaient 166 divisions contre 190 pour l’U.R.S.S. L’Union soviétique possédait 3,5 fois plus de chars, 2,2 fois plus d’avions, 1,4 fois plus de puissance d’artillerie que l’Allemagne nazie. Ces chiffres n’empêchèrent pas la totale et incroyable déroute des troupes soviétiques.

L’Ukraine, durant la Seconde Guerre Mondiale, a payé un énorme tribut pour la victoire finale. L’estimation des pertes humaines (civiles et militaires) est estimée à au moins 8 millions de victimes. 700 villes et villages furent rasés ainsi que des millions d’immeubles et d’habitations. A la fin de la guerre, l’Ukraine comptait plus de 10 millions de sans-abri. L’outil industriel et agricole fut évacué derrière l’Oural. Il en fut de même avec le cheptel animal. Il faut rappeler qu’en Ukraine, les Oradour-sur-Glane se comptent par dizaines.

Le jour de la victoire, Staline porta un toast au grand peuple russe, ignorant sciemment les autres peuples qui contribuèrent non moins que les Russes à la victoire finale. Ce toast, résolument chauvin, ignorait sciemment toute réalité et était précurseur d’importants nettoyages ethniques qui profitèrent à la Russie. Néanmoins, en 1941, les recrues de l’Armée Rouge prêtaient le serment suivant : « Moi, citoyen de l’U.R.S.S. joignant les rangs de l’Armée Rouge, je prends l’engagement solennel d’être un combattant honorable, brave, discipliné et je suis toujours prêt à obéir pour défendre ma mère patrie, l’Union des Républiques Socialistes Soviétique ». Il n’était aucunement question de la seule Russie, mais de toute l’Union soviétique.

Trop souvent en France, lors des commémorations de la victoire sur le nazisme, des hommes politiques et certains media profitent de l’événement pour célébrer l’amitié franco-russe. Les autres peuples de l’ex U.R.S.S. sont totalement occultés, quand ils ne sont pas accusés de collaboration avec les nazis. Vlassov et l’armée russe de libération, Kaminski et l’armée populaire russe de libération (en réalité des SS), totalement oubliés ainsi que le fait que ce soit la Russie qui a fourni le plus grand nombre de collaborateurs à l’Allemagne nazie. Seule prévaut l’amitié franco-russe avec Diderot et Catherine II ; le sacrifice de millions d’hommes non russes est totalement passé sous silence afin de satisfaire les visées ultranationalistes de Vladimir Poutine. Le rôle et les conséquences du pacte germano-soviétique ne sont jamais évoqués.

Poutine justifie aujourd’hui le pacte germano-soviétique arguant du fait que l’Union Soviétique s’est retrouvée seule devant le 3ième Reich. Evidemment, il n’évoque pas le pacte secret qui liait les deux dictatures qui entendaient se partager l’Europe. Actuellement, Vladimir Poutine avec l’appui de l’Eglise orthodoxe russe, mène une intense campagne de réhabilitation de Staline. Nous assistons, également en France, à la tentative de réhabilitation de Staline, ce qui témoigne soit d’une épouvantable ignorance, soit d’une naïve servilité.

Bohdan Bilot