Vol MH17 : Lettre au président du Parlement Européen et à tous les parlementaires

UNION DES UKRAINIENS DE FRANCE

186, Boulevard Saint Germain – 75006 PARIS

uniondesukrainiensdefrance1949@gmail.com

www.uduf.fr

A : Monsieur David Sassoli, Président du Parlement européen

C’est en tant que Président de l’Union des Ukrainiens de France et citoyen français que je me permets de m’adresser à vous. L’Union des Ukrainiens de France est une institution qui a 70 ans et qui œuvre dans divers domaines : l’information, l’éducation, l’édition, les échanges artistiques et culturels avec l’Ukraine…

Le 17 juillet 2014, le vol régulier MH17 de la compagnie “Malaysia Airlines”, reliant Amsterdam à Kuala Lumpur, était abattu dans le ciel du Donbas ukrainien. Alors que l’appareil survolait à haute altitude la zone des combats provoqués par l’agression russe en Ukraine, un missile l’abattit causant la mort de 283 passagers et 15 membres d’équipage. Les passagers étaient très majoritairement de nationalité hollandaise, parmi les victimes se trouvaient 80 enfants dont 3 nourrissons. Sitôt le forfait commis, l’officier du GRU russe “Igor Girkine”, postait sur le réseau social russe “Vkontakte”, une revendication indiquant “Nous venons d’abattre un avion dans les environs de Thorez. Nous sommes en possession de la video qui confirme ce fait“. Moins d’une demi-heure plus tard, le “post” disparaît fort opportunément et fait place à une déclaration des dirigeants de la “République populaire de Donetsk” qui niait toute responsabilité dans le drame et arguait du fait qu’aucun armement en leur possession n’était capable de détruire un objet volant à si haute altitude. Puis, le gouvernement russe réfutait à son tour une quelconque responsabilité. 

En 2015, le Conseil de sécurité de l’ONU, votait en faveur de la création d’un Tribunal international chargé d’instruire la tragédie du MH17. Instantanément, la Russie usait de son droit de veto en qualité de membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU. Sur le terrain, alors que l’Ukraine collaborait activement avec un groupe d’enquêteurs internationaux, les dirigeants de la “République populaire de Donetsk“, en réalité les Services spéciaux russes interdisaient l’accès au lieu de la catastrophe et s’employaient à faire disparaître les preuves qui mettraient en cause l’usage d’un missile russe “BUK”. 

Le 19 juin 2019, le Ministère public hollandais met en cause 4 personnes dont 3 citoyens russes : Igor Girkine, Serguey Doubinski, Oleg Poulatov, tous trois, haut gradés, ainsi que le citoyen ukrainien Leonide Khartchenko. Le procès devrait avoir lieu en mars 2020 en Hollande. Il est évident que malgré ses dénégations, la responsabilité de la Russie est flagrante. 

Vu ce qui précède, et dans l’attente du verdict qui sera adopté dans cette affaire, l’Union des Ukrainiens de France  demande instamment aux Eurodéputés d’adopter une résolution visant à sanctionner les sociétés russes “Consortium  BKO”, “Almaz-Anteï”, “Soukhoï” et “PAO”, impliquées dans le drame.

Vous remerciant de votre attention et votre compréhension, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de ma haute considération. 

Bohdan Bilot

Président de l’Union des Ukrainiens de France