Ignorance ? Indignité ? Russophilie avérée ? Mercantilisme ?

Selon Philippe de Villiers, la Crimée est russe. C’est ce qu’il a affirmé sur la chaîne C8, dans l’émission de Thierry Ardisson « Les Terriens du samedi ». De ce fait, il a rejoint la meute des tenants de la Crimée « russe ». Cette affirmation ne suffit pas à prouver la véracité du fait. Il est à craindre que Philippe de Villiers ne puisse justifier son assertion par des faits historiques et s’en tienne à une fable convenue.

En revanche, nous ne doutons pas qu’il ne tienne aucun compte du fait que la Russie, en annexant la Crimée, a sciemment violé le droit international. Le fait que la Russie soit membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU est un élément aggravant qui n’œuvre pas en faveur de la respectabilité de cette dernière.

La violation du Mémorandum de Budapest, signé le 5 décembre 1994, est une atteinte à la crédibilité du Conseil permanent de l’ONU et à celle de la non prolifération de l’armement nucléaire. En signant ce traité, l’Ukraine acceptait de se défaire de son énorme stock d’armes nucléaires et adhérait au traité de non prolifération des armes nucléaires contre la garantie de son intégrité territoriale. Les cinq autres signataires, membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (Russie, États-Unis, Royaume-Uni, France et Chine), devaient garantir la sécurité, l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Ukraine.

L’ONU n’a pas reconnu l’annexion de la Crimée par la Russie et considère que celle-ci est toujours un territoire ukrainien. Suite à cette agression illégale, l’Union européenne – dont la France – a décrété des sanctions économiques à l’encontre de la Russie.

Les agressions de la Russie à l’égard de ses voisins et les manœuvres déstabilisantes qu’elle orchestre n’en font pas un État « ordinaire » qui peut être traité de la même façon que les autres.

Il est parfaitement inacceptable que Philippe de Villiers se plaigne d’avoir été empêché de construire un « Puy du fou » en Crimée… à moins qu’il ne souhaite cautionner les exactions de Vladimir Poutine ?

Message de la Coordination EUROPE UNIE

 

***

France

Estonie

Géorgie

Lituanie

Lettonie

Moldavie

Pologne

Roumanie

Ukraine

COORDINATION EUROPE UNIE

Invitation conférence de presse vendredi 9 novembre à 15 h 30

Au Café du Pont Neuf – 1er étage – 14 Quai du Louvre 75011 PARIS

 

A l’occasion des commémorations du 11 novembre 1918 : message des Européens de l’Est et du Nord pour une Europe libre et indépendante

Europe Unie est un réseau de réseaux : l’association réunit les animateurs d’associations, d’amitiés et de ressortissants de différentes origines : Français, Géorgiens, Roumains, Moldaves, Ukrainiens, Lituaniens, Lettons, Estoniens, Polonais et aussi Russes démocrates.

Coordination Europe Unie a pour objectif de défendre la liberté et de lutter contre toute forme de totalitarisme, d’expansionnisme ou d’ingérence et contre toute tentation de rétablissement des « zones d’influences ».

Déclaration

A l’occasion des commémorations du 11 novembre 1918 :
message des Européens de l’Est et du Nord pour une Europe libre et indépendante

Cette année, la plupart de nos pays célèbrent les 100 ans de la restauration de leur indépendance.

Nos pays ont vécu un siècle perturbé par des périodes d’occupation, de déportations, de famines organisées… Nombre d’entre eux ont recouvré leur indépendance au début des années 1990. Certains vivent, aujourd’hui encore, des moments difficiles : occupation et annexion de la Crimée ukrainienne, soutien armé aux « rebelles » de l’Est ukrainien dans un conflit russo-ukrainien qui a déjà fait plus de 10 000 morts à moins de 3 heures d’avion de Paris, occupation de 20 % du territoire de la Géorgie et de la République de Moldavie.

C’est l’Europe tout entière qui est concernée. Les menaces s’inscrivent dans une stratégie d’hostilité générale : violations incessantes de l’espace aérien européen, non seulement balte et scandinave, mais aussi français, avec plusieurs incursions en Bretagne ou dans le Golfe de Gascogne.  Que nous le voulions ou non, une réelle guerre hybride, aux multiples facettes, est engagée : « cyber- attaques », désinformation de masse, ou encore financement de partis politiques. C’est l’Europe tout entière que le Kremlin cherche à déstabiliser : notre mode de vie et de pensée, nos institutions démocratiques, notre fragile unité, et notre Liberté.

C’est pourquoi Europe Unie, forte de l’expérience de chacun de ses membres, lance un appel à la solidarité pour construire un avenir dans une Europe, libre et en paix.  Les différentes associations organisent cette année une série d’événements culturels, conférences historiques et géopolitiques pour sensibiliser les publics européens. La liberté, la démocratie et l’indépendance ne sont jamais acquises de façon inconditionnelle et définitive. Leur défense doit faire l’objet d’une veille active permanente. Elle ne saurait faire l’objet de tractations et de calculs. La Liberté des uns ne peut se faire sur le compte des autres.

Europe Unie

tiendra une conférence de presse le 9 novembre à 15 h 30 au café du Pont Neuf
14 Quai du Louvre, 75001 Paris

participera à la manifestation qui se tiendra le 10 novembre à partir de 18 h place de la République à Paris.

Ukrinform.fr : Sentsov a demandé à ce que soit publié son testament

Oleh Sentsov, le cinéaste ukrainien emprisonné en Russie, a demandé de publier son testament (Ukrinform).

Sa lettre a été transmise à Hromadske par Natalia Kaplan, la sœur du cinéaste.

En particulier, dans une lettre datée du 7 septembre 2018, Sentsov a légué l’adaptation de son travail à la réalisatrice Yevheniya Vradiy. Il a également désigné comme héritiers ses enfants, Alina et Vladislav.

« Moi, Sentsov Oleg Genadievitch, étant sain d’esprit et en pleine conscience, j’ai délégué, en cas de décès, l’adaptation cinématographique de mes scénarios, à savoir « Le rhinocéros », « Kai », et les textes que j’ai écrit en captivité « Le monde glamour », « Crows » et « Christie », à mon amie et deuxième réalisateur, Yevheniya Vradiy, en tant que réalisatrice. En cas de refus, elle a le droit de choisir à qui transmettre ces adaptations, ainsi que de choisir la société productrice de ces films. En tant que successeurs, héritiers et bénéficiaires de mes honoraires après mon décès, je nomme mes enfants : Sentsova Alina et Sentsov Vladislav. Le testament a été fait dans la prison « IK-8 » à Labytnangui, en présence de mon avocat Dmitriy Dinze », a noté Sentsov.

Blog Libération « Comité Ukraine » : La Hongrie souffle sur les braises en Ukraine de l’ouest

L’Union des Ukrainiens de France attire attention sur la politique expansionniste de la Hongrie vis-à-vis de l’Ukraine. Le gouvernement de Victor Orban, réputé eurosceptique et très proche du Kremlin, multiplie des gestes hostiles aussi bien dans sa politique intérieure que dans les relations internationales. Le 12 septembre, le Parlement européen a voté pour entamer une procédure de sanction contre la Hongrie en réponse aux violations des valeurs et des standards européens. Bien que le Parlement ne compte pas sanctionner la Hongrie pour ses ambitions expansionnistes quant à l’Ukraine, mais surtout pour ses entraves à l’indépendance de la justice et médias ou suite à des menaces sur des personnes qui tenteraient de venir en aide aux migrants, la politique du gouvernement d’Orban reste pour le moins inquiétante. Pour mieux comprendre le sujet, l’Union des Ukrainiens de France propose un billet publié le 9 octobre 2018 sur le blog « Comité Ukraine » de « Libération » :

« La Hongrie souffle sur les braises en Ukraine de l’ouest »

Que cherche le président hongrois Viktor Orban en Transcarpatie ? Son gouvernement n’a de cesse de déstabiliser cette région frontalière de l’ouest de l’Ukraine.

C’est l’incident de trop. Il s’est produit dans la ville ukrainienne de Berehove, à l’ouest de l’Ukraine. Le consul hongrois de cette ville a été filmé en caméra cachée en train de délivrer des passeports hongrois aux habitants, malgré le fait que la double nationalité est interdite en Ukraine. La vidéo a été ensuite diffusée le 19 septembre dernier sur le site de l’agence de presse nationale Ukrinform.

La scène se déroule visiblement à l’intérieur du consulat local de Hongrie. Elle montre des diplomates hongrois donnant pour consigne aux Ukrainiens de dissimuler aux autorités ukrainiennes l’obtention de la nationalité hongroise.

Dans cette même vidéo, nous pouvons entendre les Ukrainiens qui venaient de recevoir leur passeport hongrois flambant neuf, prêter le serment d’allégeance à un état étranger : « Je jure de considérer la Hongrie comme ma Patrie, d’être un citoyen loyal, de défendre et de servir la Hongrie ».

L’Ukraine se trouvait « obligée de réagir », comme l’a dit le ministre ukrainien des affaires étrangères Pavlo Klimkin. Elle a annoncé le 4 octobre l’expulsion du consul hongrois en raison d’« activités non-compatibles avec son statut » diplomatique. Budapest a aussitôt répondu en annonçant l’expulsion d’un consul ukrainien en Hongrie. Et voilà donc une nouvelle crise qui commence entre l’Ukraine et la Hongrie. Ce n’est pas la première.

Peu de temps auparavant, la Hongrie avait déjà provoqué l’inquiétude de l’Ukraine en décidant de nommer un ministre « chargé du développement de la région de la Transcarpatie ». Après de vives protestations de Kiev, qui considérait ce geste comme une atteinte à sa souveraineté, le ministre des affaires étrangères de la Hongrie avait décidé de changer l’intitulé du poste de son subordonné.

Une première crise entre l’Ukraine et la Hongrie s’était déjà produite au printemps 2014 lorsque s’exprimant devant le Parlement, Victor Orban avait exigé la double nationalité et l’autonomie pour les Hongrois de la région de la Transcarpatie.

Budapest ne cesse de prendre des initiatives pour défendre les droits de la minorité hongroise en Ukraine. L’Ukraine, de son côté, redoute cet activisme. Elle y voit une réplique de celui que la Russie déploie, sur d’autres fronts, pour défendre la minorité russe qui serait, à en croire Moscou, menacée en Ukraine. En Crimée, la Russie avait entrepris depuis plusieurs années, avant même l’annexion, de distribuer des passeports russes…

Kiev soupçonne le gouvernement nationaliste de Viktor Orban d’avoir distribué ces dernières années près de 100 000 passeports hongrois à la minorité hongroise de Transcarpatie. Et pour faire pression sur l’Ukraine, la Hongrie menace d’agir au sein de l’Union européenne pour entraver la coopération avec Kiev.

Hongrie et Ukraine : une querelle de passeports qui donne du grain à moudre au Kremlin

La détestable atmosphère qui règne dans les relations entre l’Ukraine et la Hongrie n’augure rien de bon, ni pour les deux États, ni pour l’Union Européenne. En revanche, cette ambiance ne peut que réjouir le Kremlin qui, à l’évidence, agit en sous main.

Depuis plusieurs mois, le consulat de Hongrie à Berehovo délivre des passeports aux Ukrainiens de la minorité hongroise de la région ukrainienne de Transcarpatie. La législation ukrainienne ne reconnaissant pas la double nationalité, la délivrance de passeports hongrois à des citoyens ukrainiens est indubitablement un encouragement au non respect de la loi. Mais, plus grave encore, cette remise de passeports est accompagnée d’un serment de fidélité à la Hongrie. Pour couronner le tout, verre de champagne à la main, il est recommandé de ne rien révéler aux autorités ukrainiennes. Des événements identiques se sont déroulés en Slovaquie, qui ne reconnaît pas non plus la double nationalité. Les autorités slovaques ont immédiatement réagi en prononçant, à l’endroit des intéressés, la déchéance de la nationalité slovaque.

L’Ukraine n’a pas adopté cette solution et a demandé le rappel du Consul hongrois de Berehovo, assorti d’une expulsion si un délai d’une semaine n’était pas respecté. En représailles, le gouvernement de Viktor Orban a expulsé le premier secrétaire de l’ambassade d’Ukraine à Budapest.

S’il est vrai que la Hongrie agit de la même façon avec les minorités hongroises de Roumanie et de Serbie, en Ukraine, la délivrance illégale de passeports rappelle les agissements russes en Crimée avant l’annexion. Peut-être subsistent aussi les souvenirs de l’annexion, en mars 1939, de la Transcarpatie par les Hongrois alors alliés de l’Allemagne nazie.

Afin de couper court à toutes justifications de ces agissements « pour protéger les Hongrois », le parti libéral hongrois rappelle que les agressions dont ont été victimes des membres de la minorité hongroise en Ukraine sont le fait de groupes de provocateurs pro-russes et non de « nationalistes ukrainiens ».

L’UUF demande la libération de tous les prisonniers politiques ukrainiens enfermés en Russie

— COMMUNIQUÉ —

L’UNION DES UKRAINIENS DE FRANCE DEMANDE LA LIBÉRATION DE TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES UKRAINIENS ILLÉGALEMENT DÉTENUS EN RUSSIE

Le 30 septembre dernier, l’Union des Ukrainiens de France a organisé une troisième manifestation pour exprimer son soutien à Roman Souchtchenko et à tous les prisonniers politiques ukrainiens détenus illégalement en Russie et en Crimée occupée.

Le choix de la date et du lieu de la manifestation ne doivent rien au hasard. En effet, le 30 septembre 2016, lors d’un voyage privé, le journaliste ukrainien Roman Souchtchenko était arrêté à Moscou et disparaissait totalement de la circulation. Le choix du Parvis des Droits de l’Homme à Paris – ville lumière et capitale du pays des Droits de l’Homme – s’imposait pour exprimer notre protestation et notre profonde indignation.

Avant son arrestation, Roman Souchtchenko avait travaillé six ans en tant que correspondant de l’agence de presse Ukrinform à Paris. Il couvrait, entre autres, l’actualité relative à tous les événements diplomatiques.

Roman Souchtchenko a été accusé d’espionnage au profit de l’Ukraine et condamné à douze années de détention en régime sévère. Tous les recours juridiques ayant été employés à la suite de ce procès ubuesque, seul subsiste l’espoir d’un échange éventuel. Tels sont les faits rapportés par le Président de l’Union des Ukrainiens de France lorsqu’il a pris la parole au Trocadéro. Ce dernier s’est par ailleurs étonné du peu de réactivité des journalistes français et a fustigé l’attitude de Monsieur Taddeï, qui a déclaré ne pas être gêné de travailler pour RT et d’être payé par Poutine, dictateur dont on connaît les agissements à l’encontre des journalistes qui osent faire leur travail. Tandis qu’en France, les officines du FSB œuvrent sans trop de contraintes, en Russie l’information est totalement muselée et instrumentalisée, et les journalistes indociles assassinés ou détenus arbitrairement.

Lors de la manifestation, un représentant du mouvement démocratique chinois s’est prononcé fermement contre l’annexion de la Crimée tout en se déclarant totalement solidaire de la manifestation. Puis, un porte parole kazakh, membre actif de l’action de la protestation continue face à l’ambassade de Russie en soutien à Oleh Sentsov, a exprimé un soutien sans faille. Il a été suivi par une porte parole ouzbek et monsieur Victor Feinberg, Juif de Crimée. Enfin, monsieur Wassyl Hatsko, du parti ukrainien Demalliance, a attiré notre attention sur le fait que les manifestations organisées par la diaspora généraient un écho ressenti en Ukraine.

La Russie détient illégalement 70 prisonniers ukrainiens. Ils ont eu à subir les verdicts d’une justice stalinienne caractérisée par de fallacieuses accusations, ce qui nous remémore un temps que l’on pensait révolu.

Depuis le début de la guerre russo-ukrainienne, la France fait partie du groupe diplomatique dit « Format Normandie » (auquel appartiennent également l’Allemagne, la Russie et l’Ukraine). A ce titre, notre pays dispose de moyens privilégiés pour exercer son influence sur les négociations qui concernent les prisonniers politiques ukrainiens. Parmi ces derniers, le cinéaste ukrainien Oleh Sentsov est le plus connu et a bénéficié d’un important mouvement de solidarité. La Mairie de Paris lui a, récemment, accordé le titre de citoyen d’honneur.

L’Union des Ukrainiens de France, fidèle à la devise qu’elle prône depuis bientôt 70 ans, « LIBERTÉ AUX PEUPLES, LIBERTÉ AUX PERSONNES », appelle les citoyens français, et plus particulièrement les journalistes, à exprimer leur solidarité afin d’obtenir, à brève échéance, la libération de tous ces prisonniers politiques.

Appel à la libération de Sentsov et de tous les prisonniers politiques ukrainiens illégalement détenus en Russie

En 2008, le maître du Kremlin agressait la Géorgie puis s’emparait et annexait deux régions géorgiennes.

En mars 2014, l’inertie occidentale a encouragé Poutine à violer, une nouvelle fois, le droit international et à satisfaire son ambition géopolitique en annexant la presqu’île ukrainienne de Crimée.

En mai 2014, le cinéaste ukrainien Oleh Sentsov a été arrêté en Crimée par le FSB (Services secrets russes héritiers du KGB).

Oleh Sentsov, réalisateur ukrainien

Sentsov, déféré devant un tribunal militaire, a été accusé de fomenter des actions terroristes et de participer à un trafic d’armes. Suite à un procès qualifié de « stalinien » par Amnesty International, il a été condamné à 20 ans de détention. Il est évident que la Russie actuelle est la digne héritière du système carcéral soviétique et ce n’est pas pour rien qu’elle est dirigée par un ancien colonel du KGB, Vladimir Poutine.

Il a été proposé à Sentsov de demander sa grâce au colonel Poutine, ce qu’il a refusé en poursuivant une grève de la faim. Il réclame, outre sa libération, celle de tous les détenus politiques ukrainiens, soit près de 70 innocents qui servent d’otages à la Russie.

Roman Sushchenko, journaliste ukrainien travaillant à Paris, prisonnier politique en Russie

Aujourd’hui, Sentsov en est à plus de 120 jours de grève de la faim. Malgré une forte mobilisation internationale qui réclame sa libération, le pouvoir du Kremlin reste inflexible. Hormis ses violations du droit international, l’ex-colonel et dictateur russe viole également les Droits de l’Homme, dont « la liberté, qui est le fondement de la morale et […] le premier des Droits de l’Homme ».

Assassinat du « Président » Zakharchenko : notre point de vue

Alexandre Zakharchenko, « leader » terroriste de la prétendue et autoproclamée « République populaire de Donetsk », a trouvé la mort le 31 Août, lors d’un attentat à l’explosif. Le plus étrange est le fait que cela se soit produit dans le restaurant « Separ », situé dans le centre de Donetsk et dont le propriétaire n’est autre que le responsable de la sécurité de la victime. Ce restaurant faisait l’objet d’une surveillance toute particulière puisqu’il s’agissait d’un lieu de rencontre des personnalités politico-mafieuses de la pseudo « République populaire de Donetsk ».

Dès l’annonce de l’attentat, Madame Zakharova – porte parole du Ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie – a déclaré : « Tout porte à croire que le régime de Kyiv est derrière cet assassinat ». Quant au successeur de Zakharchenko, M. Trapeznikov, il annonça d’emblée que « rien n’est changé et que l’intégration à la Grande Russie (sic !) est toujours d’actualité ». Cette déclaration lapidaire signifie clairement que les pseudos « séparatistes » ne sont pas des « séparatistes » mais des Russes ou, à défaut, des collaborateurs de l’occupant russe, dont l’objet est d’agrandir le plus vaste état du monde. Outre l’aspect politique, il subsiste l’aspect mafieux de cette affaire. Dans tous les conflits post soviétiques provoqués par Moscou, il a toujours été fait usage du grand banditisme qui sert tant les intérêts privés que les intérêts de la « Grande » Russie.

Une Russie sans limites

Après 27 ans d’une indépendance proclamée le 24 août 1991, approuvée par référendum le 1er décembre 1991 avec plus de 90 % des voix, l’Ukraine est depuis quatre ans amputée de la Crimée et en guerre avec la Russie à l’est du pays. La guerre coûte chaque semaine des vies humaines et grève d’environ 20 % le budget de l’État ukrainien.

Le Kremlin fait la guerre à l’Ukraine et le nie

Tandis que des hommes et femmes politiques européens continuent de se poser des questions, telles que « les sanctions économiques contre la Russie sont-elles justifiées ? Sont-elles efficaces ? Faut-il les abroger ? », la Russie continue de poursuivre son petit bonhomme de chemin. Après avoir violé le droit international en annexant la Crimée, Poutine a nié devant la terre entière la présence de troupes russes en Ukraine et sa participation à la guerre dans l’est du pays. Ce conflit armé a fait plus de 15 000 victimes et un million et demi de réfugiés. Chaque jour, elle coûte la vie à des soldats et des civils ukrainiens en lutte pour préserver l’intégrité territoriale de leur pays. Ce sont leurs sacrifices face à l’agresseur qui ont mis en échec, quatre années durant, la matérialisation de la chimérique « Novorossia » tant voulue par Poutine.

Le Kremlin tue des civils et le nie

Aujourd’hui, il est établi que le missile qui a abattu le Boeing de la Malaysia Airlines, en 2014, est issu du territoire russe et a été tiré par des russes. Cependant, après avoir opposé son veto quant à la création d’un tribunal international, la Russie continue de nier, opiniâtrement, son implication dans ce crime. En Syrie, la Russie est suspectée d’avoir employé des armes chimiques, ce qu’elle nie bien évidemment. Les bombardements intentionnels sur des objectifs civils ont pourtant été prouvés maintes fois. Toujours est-il qu’il s’est trouvé des hommes politiques européens pour atténuer ces crimes en déclarant qu’il s’agissait, malheureusement, de faits de guerre. Est-il permis de se demander si l’accusation de crime de guerre est toujours recevable ?

Le Kremlin soigne son image et continue ses crimes

Après le scandale du dopage russe érigé en système d’État, la FIFA a tout de même confié à la Russie l’organisation de la coupe du monde de football. Cela a été l’occasion pour Poutine de démontrer les qualités organisationnelles de la Russie : pas de néo-nazis, pas de houligans dans les rues, pas d’arrestations arbitraires, pas de manifestations. Foin ! des journalistes assassinés, de scandaleux procès staliniens engagés, en particulier à l’encontre d’Ukrainiens illégalement détenus en Russie. Poutine continue de mentir à son peuple et aux pays étrangers tandis que les médias russes déversent quotidiennement des flots de haine contre l’Ukraine et les Ukrainiens. La désinformation comprends des mensonges particulièrement éhontés, tels que la crucifixion d’enfants russes, la présence de néo-nazis dans la « junte militaire » de Kyiv, bombardement son propre peuple « russophone » à Donetsk et à Louhansk, etc. Pendant ce temps, en Russie, des affiches publicitaires sont placardées en grand nombre. Elles exhibent des bombardiers et des parachutistes russes. Toutefois, le plus remarquable est le texte qui figure sur l’affiche : « Les frontières de la Russie ne se terminent nulle part ». La citation est celle d’un colonel du KGB, Vladimir Poutine. Dans le même état d’esprit, il convient de citer un autre KGBiste, Jirinovski. Ce dernier, dans un grand élan entomologique, a déclaré : « Tant que les cloportes de Kyiv sont au pouvoir, aucun russe ne pourra trouver le repos. Il faut tuer, tuer, tuer et rien d’autre ». Un autre visionnaire, gourou de Poutine appelé Douguine, a déclaré : « Dans sa marche libératrice, la Russie ne s’arrêtera pas à la Crimée, à l’Ukraine du centre et de l’ouest, et utilisera sa force pour libérer l’Europe centrale et occidentale ».

L’IMPÉRIALISME DE POUTINE ET CONSORTS EST-IL LA CONSÉQUENCE D’UN DÉRÈGLEMENT PSYCHIQUE ?

D’une rive à l’autre du Dnister, l’armée russe s’entraîne

Le parti écologiste moldave s’inquiète d’un surcroît d’activité des troupes d’occupation russes en Transnistrie. Cette enclave moldave que les Russes se sont appropriée n’est que très rarement évoquée. Il s’agit pourtant du premier exemple de bellicisme revanchard que la Russie a manifesté après l’effondrement de l’Union soviétique.
Dernièrement, les troupes russes multiplient les manœuvres de franchissement du Dnister (l’Ukraine se trouve sur l’autre rive). Le parti écologiste moldave exige l’interruption immédiate de ces manœuvres et la cessation des activités illégales. Cette attitude provocante et inquiétante de l’armée russe menace la stabilité de la région tandis que les occupants interdisent tout contrôle effectué par l’OSCE.